Revue Sources

Au commencement, Dieu écrit le poème du ciel et de la terre. Dieu se fait poète (époièsen), selon la Bible grecque, au premier verset de la Genèse. La création est le chant de Dieu; les créatures sont les vers de son poème. Le monde chante désormais la gloire de Celui qui l’a fait, littéralement de Celui qui l’a poétisé. Du moins, avant que l’homme ne s’en mêle et gâche le métier de l’artiste divin.

L’œuvre des poètes humains est un chemin de retour. Retrouver la trace mystérieuse du poète originel enfouie dans une nature devenue opaque et ténébreuse. Ils le font en puisant dans leur trésor d’images. Etranges et déroutantes pour le profane qui croit marcher au soleil de midi, alors qu’il titube ou plonge dans la nuit. Le poète, comme le prophète, nous précède sur le chemin qui va vers Dieu. Comme l’enfant qui perçoit l’Ailleurs que l’adulte ne voit plus. Comme le ravi de la crèche qui pressent le mystère que gendarme, meunier, boumian et arlésienne ne soupçonnent pas.

La poésie, chemin de croire, chemin vers Dieu.

La poésie, chemin de croire, chemin vers Dieu. Nous avons fait cette option, confirmée par les poètes qui nous parlent dans ce dossier. D’autres, se contentant de céder à la magie du verbe, se récrieront et refuseront cette récupération indue. Qu’ils pardonnent aux priants que nous sommes, accoutumés à marcher sur les sentiers insolites qui les mènent à Dieu. Nous sommes fils et filles de la Bible. Elle nous parle de l’Indicible à travers ouragans et brises vespérales, chants d’amour ou élégies, cris de joie ou râles de mourant. Nous sommes frères et sœurs de Jésus qui parlait de son Père en paraboles, entre blés mûrs et figues vertes, à travers vignes et rives paisibles, pêche tranquille et vagues en furie. Nous n’avons que trop suivi nos scribes raisonnables. Ce sont des poètes qu’il nous faut pour guider nos pas. Et même, des « fous de Dieu »!

Le poète est frère du philosophe qui s’étonne et s’émerveille devant un pétale de rose, un vers de Claudel, ou un cheval bleu de Chagall. Un précédent numéro de Sources a rendu hommage à l’un de ces visionnaires. Etrange et surprenante connivence aussi du poète avec le conteur biblique qui répète à sa façon ce que la Parole souffle à son oreille. L’un d’eux nous livre son secret.

Un conseil? Entrez dans la danse que nous vous proposons, sans trop vous interroger ni fatiguer vos méninges. Jouez avec la lune, les étoiles et les nuages, comme au temps de vos sept ans. Dieu pourrait vous faire signe. A cœur de vos rêves.

Guy Musy

 

Afficher les commentaires

Il n’y a aucun commentaire pour l’instant.

Article suivant