Revue Sources

Francine Carrillo, Jonas. Comme un feu dévorant, Labor et fides, Genève 2017, 122p.

Que penser du «Jonas» de Francine Carrillo? Hormis son goût – immodéré? – pour les interprétations de la Kabale qui ne laissent de marbre, je n’en dirai que du bien. Avec finesse et poésie, le prophète, notre symbole et porte-parole, se débat contre lui-même et contre son Dieu. Avec la clause du «peut-être», fissure dans le glacis du dogme ou du désespoir, ouverture à un changement ou (re)commencement, aussi inédit qu’inattendu. A lire et relire à petite dose et même au goutte à goutte dans les moments où la dépression est aux aguets.

Guy Musy

Afficher les commentaires

Il n’y a aucun commentaire pour l’instant.

Article suivant