Revue Sources

Le génie des vitraux de la Fille-Dieu à Romont est d’avoir pointé la mission profonde de la vie monastique. Voilà 20 ans que Soeur Salomé les contemple tous les jours. « Je ne me suis jamais lassée », avoue-t-elle.

Ces vitraux sont l’oeuvre de l’artiste londonien Brian Clarke. Ils ont été posés à la fin de la deuxième restauration de l’église abbatiale, en 1996. La réalisation des vitraux fut la dernière et une des plus importantes interventions sur ce bâtiment. Un ensemble de 14 vitraux fut créé pour les 14 fenêtres de l’église et posé quelques jours avant l’inauguration de l’église, en août 1996. La complémentarité des vitraux de Clarke avec le reste de la restauration est exemplaire. Dans un édifice presque monochrome, déclinant toutes les nuances de beige-ocre, les vitraux colorés de Clarke rassemblent vigoureusement les autres éléments en un tout vivant.

Afficher les commentaires

Il n’y a aucun commentaire pour l’instant.

Article suivant