Revue Sources

Les notes sont piétinées dans les rues
mais la ville entière attend un violon.

Sa voix inaudible derrière le ciel
est un fil qui passe à travers les choses
les hommes et les jours. Quand il ne casse pas
tu peux soulever ensemble les maisons
tes années perdues, le pauvre sous le porche:
tu en tiens les deux bouts sans presque les sentir
et les autres ne voient que les mots du poème.


Jean-Pierre Lemaire

«Le cœur circoncis», Gallimard, 1989

 

Afficher les commentaires

Il n’y a aucun commentaire pour l’instant.

Article suivant