Revue Sources

C’était il y a 10 ans, en 2002, le couvent des Dominicains de Lille décidait d’organiser chez eux des conférences chaque dimanche de Carême, et proposaient à la soixantaine de participants un livret d’accompagnement pour la semaine. C’est alors que de jeunes frères étudiants, habitués à surfer sur Internet, eurent l’idée d’élargir le public de la retraite en créant un site gratuit qui mettrait en ligne les conférences, et d’envoyer gratuitement à tous ceux qui s’y inscriraient un courriel quotidien leur proposant une méditation pour chaque jour. Retraite dans la Ville était née!

Évoluant de 2000 inscrits la 1re année à près de 70’000 inscrits, 300’000 visiteurs «uniques» et 1’000’000 de visites lors de sa 10eédition (en 2011), le projet initial de retraite de Carême, somme toute classique si ce n’est qu’elle était également retransmise sur le web, s’est ainsi transformé en véritable retraite numérique, intégrant peu à peu les outils caractéristiques du monde de la toile: blog, forums, offices audio, enregistrements vidéos, partage via les réseaux sociaux.

Certes, cette retraite de Carême a adopté une forme de prédication entièrement virtuelle. Mais si l’on considère son histoire, son évolution et son dessein, nous voyons bien qu’elle s’inscrit dans une tradition de prédication, chère à la vocation de l’Ordre des Prêcheurs, n’ayant toujours pas d’autre but que d’annoncer la Parole de Dieu par le biais des moyens modernes de communication, afin de rejoindre avec toujours plus de pertinence un nombre croissant de personnes. De la sorte, elle n’a cessé de penser des animations qui cherchent à s’adapter aux attentes et demandes spirituelles d’un plus grand nombre de «chercheurs de Dieu», en tenant compte de leur diversité, notamment de leur proximité ou éloignement par rapport à l’Église et à la foi. Pour donner un ordre d’idées: près de 10% des retraitants se disent éloignés de l’Église et 20% des inscrits ont entre 18 et 42 ans.

C’est dans ce cadre que www.retraitedanslaville.org devient aujourd’hui un portail de prédication sur Internet. Il n’est plus porté par les frères étudiants, mais par une structure de frères et de laïcs dédiés à cet office, cependant toujours située au couvent de Lille, si bien que les membres de la communauté restent de fidèles soutiens dans cet apostolat. De nouveaux projets ont alors vu, ou vont prochainement voir le jour: des sites pour les enfants, les adolescents ou les jeunes adultes (à venir); une retraite pour l’Avent, www.aventdanslaville.org placée sous le signe de l’espérance; et pour accompagner le Temps Ordinaire (entre deux retraites !), le site www.psaumedanslaville.org publie depuis juin 2012 des méditations de psaumes et leur lecture par des comédiens professionnels[1], qui ont déjà attiré plus de 30 000 inscrits en moins de six mois, avec près de 300000 visiteurs «uniques» et 1000000 de visites. À l’image de la grâce dont ces propositions veulent être des canaux, celles-ci sont gratuites afin de pouvoir être offertes à tous. Retraite dans la Ville vit actuellement de la générosité des donateurs.

En dernier lieu, il ne faudrait pas croire que Retraite dans la Ville se limite à la virtualité. A l’instar de tout lieu traditionnel de prédication, nous désirons ardemment que ce soit l’Esprit de Vie qui souffle dans le cœur de l’homme et favorise ainsi sa rencontre avec Dieu. C’est en tant que support de cette rencontre spirituelle mais non moins réelle que nous œuvrons. Dans un contexte paroissial en permanente mutation et parfois fragilisé, nous espérons susciter des communautés «invisibles», qui se rassemblent virtuellement pour puiser réellement à la même Source de Vie, pour échanger sur leur foi, tisser des liens et se soutenir dans un monde appelé à accueillir le témoignage de l’Amour de Dieu pour l’humanité. Nombreux sont les témoignages de ceux que Retraite dans la Ville a réunis, soit qu’elle les ait réconciliés avec Dieu, avec l’Église ou avec eux-mêmes, soit qu’elle ait été l’occasion de partages communautaires, autour des méditations et des offices audio.

Ne nous y trompons donc pas: la vocation de Retraite dans la Ville, aussi immatérielle semble-t-elle, vise avant tout la rencontre humaine: celle de l’homme avec Dieu qui passe aussi par celle de l’homme avec l’homme. Notre mission est de lui annoncer son espérance et de lui permettre de découvrir la présence intime de Dieu agissant avec amour.

[1] Maxime d’Aboville, Jean-Damien Barbin, Nâzim Boujenah, Claire Chastel, Marie-Sophie Ferdane et Michael Lonsdale.


Le frère dominicain Olivier Zalmanski, du couvent de Lille, participe étroitement au Projet «Retraite dans la ville» avec les frères de sa communauté.

Afficher les commentaires

Il n’y a aucun commentaire pour l’instant.

Article suivant