Revue Sources

Soir du 24 décembre 2015 chez nos frères dominicains de Bujumbura, capitale du Burundi. Veillée de Noël qui respire l’air ambiant de la capitale burundaise. Climat de peur et d’incertitude. Célébration marquée par une note de joie (crèche, animation liturgique et chorale) dans une atmosphère de peur (participation réduite de fidèles). Mais l’espoir était là. Le prédicateur, le frère Liboire Kagabo, parle d’une fête paradoxale qui pouvait faire renaître l’espérance. En voici quelques extraits: 

Est-ce vraiment Noël?

«Mais est-ce vraiment la fête de Noël, chez nous? Dieu est-il né chez nous vraiment? Demeure-t-il dans cette ville, dans nos ménages, dans nos quartiers, dans ce pays? Rien qu’à voir le nombre que nous sommes, nous voyons bien que ce n’est pas la fête de Noël des grandes années, des années normales. Sans doute en est-il ainsi dans toutes les églises de notre ville, les grandes comme les petites. Nous devrions même avoir honte collectivement de célébrer cet événement au moment même où couvent tant de haines, de mensonges, de méchancetés, où la mort violente et criminelle rôde partout, où des gens sont arrêtés quotidiennement, enfermés, torturés, mis à mort ; où la paix est un leurre, une illusion, où elle est inexistante tout simplement, où nous entendons ici et là des bruits de bottes et des cris de guerre. Nous devrions collectivement avoir honte, nous qui nous identifions très majoritairement comme les disciples de ce Prince de la Paix que nous accueillons à Noël.»

Une lumière qui se fraie un chemin

«Quelles que soient les ténèbres qui assombrissent nos vies, nos pays, ce monde, cette lumière allumée à travers la naissance de Jésus ne pourra pas s’éteindre ; elle traverse toujours les ténèbres, elle se fraie toujours un chemin dans ces ténèbres et les chasse progressivement.


Source: «Le Bulletin de la Famille Dominicaine du Rwanda et du Burundi», janvier 2016.

Afficher les commentaires

  • Roland-B. Trauffer

    un grand MERCI
    Quelle richesse de témoignages
    je suis particulièrement touché par le message de mon frère co-novice Liboire Kagabo
    salutations cordiales
    fr. Roland-Bernhard Trauffer OP
    Cahabon


Article suivant